mercredi 19 octobre 2011

M LE MOODYS,,,

Bonjour les amis !

Bon, je vais enfoncer une porte ouverte, mais c'est tout de même insupportable.
Insupportable de se réveiller le matin en apprenant qu'un pays, qu'une nation, s'est fait sermonner comme un gamin par une bande de soi-disant-experts encravatés, pratiquant ce que personne n'ose nommer un chantage.
Soit le pays diminue sa dette, dans les plus brefs délais, soit sa "note" (venant de qui ? De quoi ? Sur quel critère ?) sera "dégradée". Notez qu'on ne dit même pas "abaissée", mais "dégradée", histoire d'accentuer l'humiliation de la chose, magie du langage...
Et alors quoi ? La France empruntera plus difficilement, et à des taux d'intérêt plus élévés. Comme nous sommes déjà en plein dans l'économie virtuelle, cette sanction paraît étrangement abstraite.
Quoi qu'il en soit, on nous prépare à nous serrer encore une fois la ceinture. A vivre avec moins d'argent, moins de travail, moins de sécurité. En échange de quoi ? En échange de rien. Juste parce que le Dieu Fric, lui-même en grande partie responsable de la spéculation et de la folie financière, nous l'ordonne. Superstition. Et même plus de salut à la fin. Juste l'espoir que peut-être, nous soyons moins nombreux à crever de faim au terminus.
Pourquoi, alors, se lever le matin ? L'UMP commence à atttaquer Hollande sur le théme du rêve. Bah, oui, mon p'tit Copé, la politique, c'est offrir du rêve, de l'espoir aux gens, c'est au moins leur permettre d'envisager un avenir moins pourri.
L'UMP voudrait que les Français leur signent un acte de résignation, un engagement à en chier leur gueule pour les 5, 10, prochaines années. Non, non. Les Français ne sont pas fous. Ils savent qu'ils sont dans la merde. Ils savent qu'ils sont en train de se faire avoir jusqu'au trognon. Ils souhaitent seulement une chose, un petit geste : qu'on ne les oblige pas, en plus, à acheter la vaseline...

A plus.
Fred.

1 commentaire:

  1. Jolie prose :)
    S'il n'y avait que les notes qui soient dégradées...

    RépondreSupprimer